Sujet : FMOD

Hey, quelqu'un a l'habitude de cette librairie ? Je cherche des bons tutoriels...

Merci d'avance.

Mais en vrai je m'en fous complètement

2

Re : FMOD

RTFM

Re : FMOD

Ah bah t'as bien fait de te poser ta pêche putain de connard, ça aurait quand même été dommage de la fermer.

Mais en vrai je m'en fous complètement

4

Re : FMOD

Je propose que l'on réunisse tous notre talent lyrique, dans un magnifique effort collectif, pour écrire un poème à Norela, parce qu'entre ici et facebook, j'ai envie de le voir suffoquer sous dix-sept tonnes de gravier.

Je me lance :

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.

"Today a young man on acid realized that all matter is merely energy condensed to a slow vibration, that we are all one consciousness experiencing itself subjectively, there is no such thing as death, life is only a dream, and we are the imagination of ourselves. Heres Tom with the Weather."

5 Dernière modification par TroyMcLure (19-01-2010 19:15:25)

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.

Mais en vrai je m'en fous complètement

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,

7 Dernière modification par Trax (19-01-2010 20:06:07)

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

La route ? Là où on va, on n’a pas besoin de route !

8

Re : FMOD

Oh c'est mignon, un poème.

Re : FMOD

Et que là tu deviennes blème

10

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième.

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

« Je suis né d'un con, je mourrai comme un con » El Comandante Rebleauchón

12

Re : FMOD


Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,

La route ? Là où on va, on n’a pas besoin de route !

13 Dernière modification par NiarkNiark (20-01-2010 19:21:50)

Re : FMOD

Norela,
Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.
Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.
Il serait temps de faire des rimes embrassées,
Car Norela je tiens tant à te dire,

SojaMoule : "Tu perds ton temps, c'est l'asile et je t'emmerde. Dans ta forteresse de certitudes apprises à l'école ou dans tes lectures, tu n'es pas le dépositaire de la vérité absolue."
Reblochon : "As-tu quelque chose d'intéressant et constructif à dire  ? Oui ? Lâche toi ! Non ? TA PUTAIN DE GUEULE D'ATTARDÉ, tu la fermes. Bisous"

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,
En attendant embrasse ton gros cul de chienne,
Profites-en pour penser à ta bresilienne
Qui dehors suce ta petite bite glacée.

« Je suis né d'un con, je mourrai comme un con » El Comandante Rebleauchón

15

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,
En attendant embrasse ton gros cul de chienne,
Profites-en pour penser à ta bresilienne,
Qui dehors suce ta petite bite glacée.

Puisses-tu entendre et comprendre,

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,
En attendant embrasse ton gros cul de chienne,
Profites-en pour penser à ta bresilienne,
Qui dehors suce ta petite bite glacée.

Puisses-tu entendre et comprendre,
que sama veut se faire prendre

Il y a peu de femmes dont le mérite dure plus que la beauté.
La Rochefoucauld

17

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,
En attendant embrasse ton gros cul de chienne,
Profites-en pour penser à ta bresilienne,
Qui dehors suce ta petite bite glacée.

Puisses-tu entendre et comprendre,
que sama veut se faire prendre
par un déglingo bien monté

Hey Sarko, de Guy vous moquet vous? Guy Moquet! Vous voulez relancer la croissance alors que vous avez raté la vôtre. (Gilles LANGOUREAU)

18

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,
En attendant embrasse ton gros cul de chienne,
Profites-en pour penser à ta bresilienne,
Qui dehors suce ta petite bite glacée.

Puisses-tu entendre et comprendre,
que sama veut se faire prendre
par un déglingo bien monté
Mais surtout pas par le boulanger!

19

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,
En attendant embrasse ton gros cul de chienne,
Profites-en pour penser à ta bresilienne,
Qui dehors suce ta petite bite glacée.

Puisses-tu entendre et comprendre,
que sama veut se faire prendre
par un déglingo bien monté
Mais surtout pas par le boulanger!

En chiant dans un topic FMOD,
tout ce que tu auras c'est cet ode.

20

Re : FMOD

C'est beau un travail d'équipe, on se croirait dans l'agence tous risques

21

Re : FMOD

Je suis ému, bien que le paragraphe sur Sama soit à chier.

"Today a young man on acid realized that all matter is merely energy condensed to a slow vibration, that we are all one consciousness experiencing itself subjectively, there is no such thing as death, life is only a dream, and we are the imagination of ourselves. Heres Tom with the Weather."

22

Re : FMOD

Norela,

Te lire, provoque en moi, des nausées comparables à celles du virus Ebola.
Quand je fais mon caca, c'est à chaque fois un peu toi, que je conçois.
Un étron, puis deux, puis trois,
Mon désir ? Que la mort te prenne enfin dans ses bras.

Oh c'est mignon, un poème.
Et que là tu deviennes blème
Tu serais si drole...si on était en cinquième,
Dans une twingo foncant sur les bourgeois de Neuilly-sur-Seine.

Il serait temps de faire des rimes embrassées,
En attendant embrasse ton gros cul de chienne,
Profites-en pour penser à ta bresilienne,
Qui dehors suce ta petite bite glacée.

Puisses-tu entendre et comprendre,
que sama veut se faire prendre
par un déglingo bien monté
Mais surtout pas par le boulanger!

En chiant dans un topic FMOD,
tout ce que tu auras c'est cet ode,
de la pitié, du mépris, et des claques dans la tête,
pour toi Norela, le mendiant roumain de l'internet.

PUTEDEPUTEDEPUTE

Re : FMOD

*clap clap clap*

24

Re : FMOD

HOME

« On t'nique ta mère et ta grand-mère, si elle est toujours en vie » - B2O

Re : FMOD

Tout devient possible quoi ?

Wait a sec...

SojaMoule : "Tu perds ton temps, c'est l'asile et je t'emmerde. Dans ta forteresse de certitudes apprises à l'école ou dans tes lectures, tu n'es pas le dépositaire de la vérité absolue."
Reblochon : "As-tu quelque chose d'intéressant et constructif à dire  ? Oui ? Lâche toi ! Non ? TA PUTAIN DE GUEULE D'ATTARDÉ, tu la fermes. Bisous"